Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 08:00


"  Il est très utile pour les jeunes filles de savoir repasser leur linge fin, et nous avons pensé qu'en leur fournissant le moyen d'enjoliver tous les ustensiles qui leur serviront pour ce travail, elles prendraient, suivant toute probabilité, avec l'habitude de l'ordre, un certain plaisir à accomplir cette besogne "

... ...   C'est en tout cas ce que l'on peut lire dans La Mode Illustrée du 18 mars 1877.



Je vous propose donc de découvrir ces ustensiles, dont certains sont très mystérieux pour moi, j'ai donc mené ma petite enquête.


On va commencer par les faciles :

La poignée du fer à repasser.

Que vous pouvez admirer sur la gravure en début d'article. Elle est faite de 2 morceaux de toile bleue entre lesquelles on mettra une couche de crin. On capitonne avec de petites houppes de laine rouge. On encadre avec un cordon brodé, et des rubans permettent de la  fixer à la poignée du fer à repasser.

ça c'est facile, on devine que c'est pour tenir le fer (chauffé à la braise) sans se brûler.


Tapis pour essuyer le fer à repasser.

On le voit aussi sur la gravure du haut, il mesure 15 cm sur 30 cm, et est réalisé en macramé avec une grosse ficelle.





Facile aussi : la couverture à repasser.

Elle est en feutre blanc et fait 80 cm sur 58cm.
Le journal propose de la décorer avec un petite point de broderie et une bordure au crochet.

Je présume qu'elle servait de molleton et qu'on repassait dessus.









A  partir de là ....  ça devient plus.... "exotique"  , j'ai en effet  découvert les objets suivants :

       


 le Sac à cire

Il est en toile blanche. le fond est un disque de 9 cm de diamètre, avec un rebord de 4cm de largeur (brodé), Puis le bord supérieur est orné d'une coulisse que traverse un cordon.









Ensuite nous avons la Bourse à Indigo

Ce sont deux morceaux de flanelle blanche de 10cm de large sur  17 cm de haut, dont on arrondi le bord inférieur et que l'on coupe en pointe vers le haut. On brode les coutures sur le côté.
On rattache un cordon au crochet aux deux pointes. On passe ce cordon dans un anneau en os, et on le fixe sur un des côtés de la bourse
.







Puis l'énigmatique forme du Sac à Empois

Il est d'une  gaze épaisse de 50 cm de large et 72 centimètre de long que l'on replie en deux dans le sens de la largeur.
Le sac est garni à chaque bout d'un ourlet dans lequel on passe des baguettes de bois percées de trous et garnies d'une boule à chaque bout.

Quand l'empois cuit est placé dans le sac, on noue celui ci, on le tord à l'aide des baguettes de bois, de telle sorte que l'empois ne passe pas par les mains.






Enfin nous avons les cordelettes à sécher le linge .



On nous dit qu'elle sont  très faciles à faire puisqu'il suffit de recouvrir  12 brins de coton en faisant des noeuds de frivolité.














Pour ranger vos cordelettes, n'oubliez pas bien sûr

  le sac à cordelettes 
qui est en plus très décoratif !

Il  est en toile bleue avec des bandes brodées.









Et maintenant que j'ai tout cousu, trout brodé, appris pour l'occasion le macramé et la frivolité, je m'en sers comment de tout ça pour repasser ? 
hein ?



Pour essayer de comprendre l'utilisation de tout ces objets, je me suis aidée d'un ouvrage de Paul Masson sur les coiffes Nantaises (*) et d'un article de l'Almanach de la servante chrétienne de 1930 !  !


On me dit de tremper d'abord mon linge dans l'empois : dans de l'eau, on mélange de l'amidon, de la gomme arabique, un petit morceau de cire vierge et  quelques gouttes de bleu.
Ce mélange est cuit jusqu'à former une bouillie épaisse dans lequel on trempe le linge, on le presse pour qu'il s'imprègne bien de l'amidon, puis on l'essore afin d'enlever l'excès d'amidon.

Bon, là, je viens de comprende à quoi allait me servir mon sac à empois.



Le sac à cire : à mettre ma réserve de cire ?
Avant de repasser, Paul Masson me  conseille de frotter le fer avec un morceau de cire enveloppé dans un gros linge, puis de l'essuyer, et de recommencer l'opération plusieurs fois en cours de travail.
Tout ceci de façon à ce que le fer glisse bien et ne rouille pas
.
Pour avoir pris le peine de faire le sac à cire avec un disque rond et bien plat dans le fond, je pense que ce petit sac était peut être destiné à cet usage.



Et la bourse à Indigo ?
Bien sûr Indigo fait penser à bleu .... peut être a-t-elle  un rapport avec le bleu que l'on met dans l'empois, mais sur ce coup, Paul Masson ne m'aide pas beaucoup, il dit simplement qu'il faut avoir du "Bleu à linge, enveloppé dans un linge, trempé dans l'eau et essoré"
Les 5 à six gouttes que l'on met dans l'empois sont obtenues "en essorant le linge contenant le bleu".
Ce bleu servait à "blanchir" le linge disait-on; en fait il donnait plutôt un léger reflet bleuté qui renforcait l'impression de blancheur.
La petit bourse à indigo servait elle à mettre ces petites boules de bleu ? Mais sa forme particulière avait-elle un but pratique précis ?
là, je sèche.



Et à propos de sécher, vennons-en à mes cordelettes pour sécher le linge : j'ai supposé que c'étaient nos pinces à linge actuelles.    Mais comment s'en servait-on ?
Et puis pourquoi les mettre dans les ustensiles de repassage, alors que le repassage se fait une fois le linge sec en général.
La "servante chrétienne" m'a appris qu'après avoir fortement pressé le linge pour enlever l'excès d'empois, il fallait l'étendre pour le faire sécher ... c'est peut être à ce moment là qu'interviennent les cordelettes ?


Quand au tapis à nettoyer le fer ,  avec tout cet empois et cette cire, je comprend maintenant pourquoi il fallait de temps en temps le nettoyer en le frottant sur un gros tapis de corde.




Vous voyez que mon enquête est loin d'être terminée. alors je lance un
appel à témoins
Si vous pensez détenir des informations susceptibles de faire avancer l'enquête, merci de laisser votre message sur ce blogue !

  Pour tout vous dire, je compte assez peu sur les témoins de 1877 ...  mais peut être sur  quelques  "servantes chrétiennes" qui repassaient en 1930 ?  ou leurs filles,  petites filles,  ou arrières petites filles ?



Ah oui, j'oubliais  :  si, dans une souci d'écologie, vous décidez d'abandonner l'électricité et de vous confectionner les outils de repassage à l'ancienne , n'oubliez pas aussi de réaliser votre

Panier à linge fin  .

Il est en osier, avec un couvercle.
Le devant et les côtés sont garnis à l'extérieur de poches de toile bleu foncé destinées à contenir les dentelles, les fers à gaufrer, etc.
On garnit aussi l'intérieur du panier, et des galons fixés au couvercle permettent  de ranger des fers à gaufrer.



Avouez maintenant que ça va être un vrai plaisir de repasser, non ?


NON ?????  !!!!!!!!!

pfffffff......  c'était bien la peine que j'me décarcasse !  
 






(*) Paul MASSON - La Dormeuse ou l'art de la coiffe nantaise. 1979 . Editions du Pays de Retz.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bernadette 30/07/2009 23:55

Les beaux accessoires !!! Pas sûr qu' ils me donnent le goût du repassage mais c' est intéressant de les avoir vus . Le panier à linge est une merveille. Merci .

Meriem 01/08/2009 15:00


Repasser les serviettes, les chemises etc .... c'est vrai que c'est la barbe.
Mais repasser la dentelle ou la broderie qu'on vient de terminer .... soit honnête ... c'est pas un vrai plaisir ça ? 


Francoise58 21/07/2009 13:48

ma chère Meriem. Après quelques recherches sur le net voici l'article que j'ai copié sur Wikipedia concernant l'indigo. Il semblerait qu'il s'agisse plutôt d'un colorant que d'un bleu pour blanchir le linge. voici l'article
"L'indigo un colorant naturel provenant de l'indigotier et servant principalement à teindre des tissus. La molécule colorante est l'indigotine. Il servait à la teinture des jeans, à leur origine.
Une version de l'histoire veut que ce colorant naturel importé en Europe depuis les colonies du nouveau monde ait supplanté le pastel et ainsi ruiné les économies européennes qui en dépendaient (sud-ouest de la France notamment). Or au Moyen-Âge, un bleu (bleu de Prusse, proche de l'indigo) de source minérale, était très répandu. La ruine des « pieds bleus », ces teinturiers qui teignaient les vêtements en les foulant, est simplement venue de la mode de la dentelle blanche qui avait remplacé celle des tissus aux couleurs vives.
 l'indigo est un bleu foncé et il ne contient pas de trace de violet.
 
   
Pavé d'extrait d'indigo séché provenant de l'Inde.

Meriem 21/07/2009 19:28


Ben oui ... c'est bien mon problème : pourquoi disent -ils "sac à indigo" ?
Le bleu du linge (le fameux bleu guimet) a été créé pour imiter non pas le bleu indigo mais celui du lapis lazuli qui était très cher.
Ce bleu guimet a aussi été appellé "bleu outremer" au début .... mais jamais "bleu indigo" à ma connaissance.
Dans le contexte du repassage, je me dis que ça ne peut pas être autre chose qu'un sac pour le bleu à linge ..... mais peut être trouvait-on l'appellation indigo plus belle ... et c'est vrai que
c'est autrement plus porteur de rêve que "bleu à linge" !

Je savais pas que les Jeans étaient à l'origine teints à l'indigo !!!!

Merci pour les infos en tout cas.
(j'attend de recevoir mon bleu guimet ....)


Casse-bonbec 19/07/2009 14:55

Eh bien, tous ces ouvrages, si beaux qu'ils soient, ne me feront pas aimer le repassage !Pour le "bleu", je confirme : ma grand-mère m'en avait parlé, du bleu utlisé au lavage qui faisait paraître le linge plus blanc, plus éclatant... Il y a encore une 20taine d'années, on trouvait encore du "bleu Reckitt" (en boules, je crois mais sans certitude... je ne m'intéressais pas plus à la lessive et au repassage qu'aujourd'hui !)

coco28 18/07/2009 22:29

Superbe ton article. J'ai l'impression de faire un bon en arrière, de vivre à une autre époque.Et à ce que je vois, tu es la plus heureuse des dentellières avec tes trouvailles, grace à ton blog. Qu'est-ce-que tu vas faire de beaux rêves devant tes "boules de bleu". Bon voyage Meriem !!!!

sittelle 18/07/2009 18:57

Hélas, hélas, hélas...(3 fois !); je n'ai rien trouvé de mieux pour les méthodes de repassage dans mes vieux bouquins d'économie ménagère. Par contre, je crois que chez BIO COOP on trouve parfois des boules de BLEU. (hypermarchés bio)Du coup, j'ai lavé, repassé (mal, quel boulot) les coiffes de mes mémés, et mis sur mon blog, avec un lien pour "dentelle et papillon" ... bien cordialement !

Présentation

  • : Dentelle et Papillon
  • Dentelle et Papillon
  • : Blog consacré à la dentelle : créations en dentelle aux fuseaux, techniques, histoire, identification des dentelles.
  • Contact

Peut-être aimerez vous aussi :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Traducteur - Translator

 

Archives

Les balades du Papillon

 

paps_p300.jpg

 

Les broderies du Papillon

 

sont   ICI


l'annuaire des piquées du fil
l'annuaire des piqué...

Pour parler dentelle je vais là :
Forum dentelle aux fuseaux
 
et pour papoter broderie, je vais ici ,

bonne humeur garantie

Forum Pour l'Amour du Fil 

Merci pour vos visites

Il y a    personne(s) sur ce blog

   

Nbr total de visites :   

hobbies