Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 12:00


coque01 p500



Voici un   

fer à coque



   vouiiiiii .....  et j'en fais quoi , moi, de ce fer à coque ?  


et bien vous allez vous en servir pour gonfler les coques de vos rubans bien sûr !
comment avez vous pu vous en passer jusqu'à maintenant  ?


Bon, allez, soyons sérieux : il s'agit donc d'un petit instrument de repassage avec une tête en fer en forme d'oeuf, et un long manche terminé par une poignée en bois qui permettait de ne pas se brûler quand on retirait le fer de la braise.

Celui que je vous montre fait 30 cm de long par exemple, mais il en existe de toutes les tailles, avec des têtes parfois énormes ou minuscules.

coque02 p200

Leur nom vient du fait qu'ils servaient beaucoup à mettre en forme
les "coques" des rubans
c'est à dire les boucles des noeuds faits avec des rubans

Et oui, les noeuds et les rubans ont longtemps été un élément très apprécié pour orner les toilettes, on en mettait partout, on s'en couvrait parfois de la tête au pied

Ainsi donc, selon la taille du ruban, il fallait bien sûr un fer à coque plus ou moins gros pour donner du gonflant aux boucles.




On trouve souvent ce type de fer dans les brocantes, mais rarement le petit socle en bois qui va avec.

Il  s'agit généralement d'un petit socle rond avec un trou au milieu dans lequel on piquait le manche en bois, après avoir fait chauffer le fer sur la braise.
Ainsi le fer était-il à la verticale, et la repasseuse n'avait pas besoin de le tenir : elle avait les mains libres pour manipuler les rubans et se servir de la boule pour les repasser et les mettre en forme.

Ce fer ne servait pas qu'aux rubans, il servait aussi beaucoup à donner du gonflant aux manches ballon, aux bonnets de dentelle, tous ces éléments si difficiles à repasser avec un fer plat qui écrase tout.

On les appelaient aussi parfois fers à bouillonner


coque03 p400
Pour l'avoir essayé, je puis vous assurer que c'est vraiment magique pour donner du volume aux petites manches des anciennes robes d'enfants par exemple, aux dentelles froncées, aux coiffes ...

Non, non, je n'ai pas mis mon fer coque sur la braise .... j'ai investi dans un fer ultra moderne

" le fer à coque électrique universel "
le Coq Babeth "



"Ultra moderne" est peut être un peu exagéré, dans la mesure où ce fer date des années 1950.

C'est à la fois très loin et très proche : dire que dans les années 50, on avait encore besoin de fer à coque, au point d'en créer une version électrique !


Il est donc électrique, plus besoin de braises, et en plus vous avez vu :  il se tient droit tout seul !





En position droite, le mode d'emploi dit qu'il est parfait pour "les velours, tissus gaufrés, nids d'abeille, smocks, voilettes, manches ballon, bouillonnés large"



Mais en plus, le coq Babeth est équipé d'une astuce technique révolutionnaire :
une béquille


Vous êtes abasourdi(e)s  n'est-ce pas ?

C'est normal, car imaginez que cette béquille, qui tourne autour de l'axe, vous permet de le pencher de tous les côtés!

coque04 p300coque08 p100





Ainsi, la pointe en l'air comme sur la photo , il convient pour "toutes les fronces, volants de rideaux et autres, petites dentelle type Valenciennes".


En position 3, pointe en bas, il servira aux 'hauts des manches, bouillonnées étroits, fronces entre les smocks, soutien-gorge, casquettes, mise en forme du feutre".



En position 4, position couchée, il servira à "certains bouillonnés et les bords roulés des chapeaux".


Enfin en position 5, à l'envers, on le prendra à pleine main pour "les pointes de col et l'ouverture des coutures"





Ce fer a remporté  un "gros succès aux salons des arts ménagers" précise la notice
et il fut médaillé d'or à Paris en 1950 et Bruxelles en 1953
non mais .....


mon fer coq  nécessite aujourd'hui un petit transformateur (merci Eric ) car il marche au 210.
Mais j'ai vu qu'il en existait qui fonctionnaient au 220v , et je sais même qu'il s'en est fait avec thermostat  !
 oui madame !
hyper pratique le thermostat (because le mien, je suis obligée de le débrancher  régulièrement pour ne pas qu'il chauffe trop et brûle les dentelles)

coque05 p200


La notice du Coq Babeth parle de chapeau
 et il semble effectivement que les fers à coque aient aussi servi aux chapeliers pour
coquer
c'est à dire à "donner une forme arrondie aux bords d'un chapeau"

Dans leur "dictionnaire des textiles", M Baum et C Boyeldieu parlent du 
coq 
"petit fer à repasser à manche, il est terminé par une pièce sphérique ou oblongue, servant à tirer à chaud le tissu ou le feutre dans la fabrication des chapeaux"

Je n'ai jamais su s'il s'agissait vraiment  du même fer que les fers à coques des repasseuses ?
Si certain(e)s ont des infos plus pointues à ce sujet .....


Si vous voulez vous régaler et voir toutes sortes de fers à repasser aux forme très inattendues parfois, vous pouvez vous plonger dans le petit ouvrage de F. Crestin-Billet : "La folie des fers à repasser" , vous y verrez entre autre bien sûr plusieurs modèles de fers à coque dont certains avec leur petit socle de blois.
On trouve encore ce petit livre : 9,40€ , c'est pas une ruine.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mellira 15/09/2010 13:14



lres informations sur les fer à coq sont trés intéressantes, je suis à la recherche d'un fer à tuyauter  électrique pour des coiffes de provençales, auriez vous une adresse d'un fournisseur
éventuel  merci



Meriem 15/09/2010 17:10



Et non, je suis désolée mais je n'ai aucune adresse à vous indiquer.


Merci en tout cas pour votre petit commentaire.



Lutine 22/03/2010 14:45


Merci Thomas c'est tres interessant !


Meriem 27/03/2010 08:45


c'est une encyclopédie, n'est-ce pas ? 
et merci à lui de partager


thomas 19/03/2010 12:30



Le fer sur la première photo est un fer de modiste, ou fer à coquer, reconnaissable à la carotte de bois qui lui sert de manche. il est utilisé soit a main levée pour la mise en forme ou le
repassage des chapeaux, soit posé sur un étau (en position verticale) pour le détirage (coquage) des matériaux. Le fer de lingère est emmanché sur un support en bois comme pour le babeth


Pour vérifier la température d'un fer, il suffit de jeter une goutte d'eau sur la
semelle. 


La goutte d'eau s'étale et s'évapore lentement.Le fer est tiède, environ 150°. Cette température convient pour le repassage de la soie, du nylon,
de la rayonne.


La goutte d'eau grésille et s'évapore vite. Température entre 180° et 200°. Cette température permet de repasser les mêmes fibres que
précédemment (soie, nylon, rayonne) si elles sont humides. Elle convient également pour la laine. 


La goutte d'eau éclate en petites perles qui roulent sur la semelle. Température entre 210° et 230°. C'est la bonne température pour le repassage du coton
humide, le repassage et le glaçage de la sparterie, de la singalette... 


La goutte d'eau est projetée brusquement. Température supérieure à 250°. Le fer est trop chaud.


Bon repassage !



Meriem 21/03/2010 14:43



J'adore
j'en redemande !
merciiiii

au fait ... je suis allée fouiner sur le net
pour le fer coque, j'ai compris, c'est un "outil commun" .
Mais pour vos connaissances en fuseaux ..... c'est plus énigmatique

et les pirates  ? 
pirates informatiques ou pirates propriété intellectuelle-création ?




emsoe 28/02/2010 09:42


Je dois dire que ceux que j'ai inventoriés, lorsque je suis tombée dessus, je me suis bien demandée à quoi ça pouvait servir… Après qu'on m'ait expliqué, lorsque j'ai entamé l'inventaire des
bonnets, coiffes et autres pièces comme les brassards de communiante, j'ai bien compris leur utilité ! Mais je ne rêve pas de m'en servir, moi et le repassage, ça fait deux !


Meriem 28/02/2010 18:43


Passer 1/2 heure à repasser serviettes et torchons, ou encore pire des chemise!
NONNNNNN   j'aime pas !!!!!!

Mais passer une heure pour repasser une petite coiffe avec plein de petits volants en dentelle, pour rien, pour la voir dans toute sa splendeur .... avant de la mettre dans une boîte où elle va se
refroisser .... ben ça j'aime 

j'ai un doute tout d'un coup   suis-je normale ?


thomas 27/02/2010 17:44



Oui, les modistes utilisent un fer à coque pour mettre en forme les chapeaux. La différence entre le modèle de modiste et celui de lingère est dans la forme du pied : une carotte, comme sur la
photo qui illustre l'article, pour les modistes ; un socle pour celui des lingères.



Meriem 28/02/2010 18:38


Merci Thomas pour ce complément d'info, merci d'avoir pris la peine de répondre à mon interrogation sur les outils de modiste, super gentil de votre
part


Présentation

  • : Dentelle et Papillon
  • Dentelle et Papillon
  • : Blog consacré à la dentelle : créations en dentelle aux fuseaux, techniques, histoire, identification des dentelles.
  • Contact

Peut-être aimerez vous aussi :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Traducteur - Translator

 

Archives

Les balades du Papillon

 

paps_p300.jpg

 

Les broderies du Papillon

 

sont   ICI


l'annuaire des piquées du fil
l'annuaire des piqué...

Pour parler dentelle je vais là :
Forum dentelle aux fuseaux
 
et pour papoter broderie, je vais ici ,

bonne humeur garantie

Forum Pour l'Amour du Fil 

Merci pour vos visites

Il y a    personne(s) sur ce blog

   

Nbr total de visites :   

hobbies