Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 18:49

 

apprentie 4 p350

    

Comment les petites dentellières

 des siècles passés

 

 apprenaient-elles leur métier ?

     

Avec leur maman, leur tante, leur grand mère ?

oui certainement, mais de cet apprentissage familial, nous ne savons pas grand chose.

 

   

Parfois on passait un accord avec la voisine dentellière, qui se chargeait d'enseigner ce qu'elle savait à la petite fille, moyennant finance ou compensation en nature, mais de ça aussi nous n'avons pas trace, sauf ....

 

 

 

 

sauf si les deux parties avaient eu la bonne idée d'établir un véritable contrat qui va arriver jusqu'à nous.

 

Ainsi ce boucher d'Alençon qui va demander à deux veuves, deux dentellières à l'aiguille, de prendre sa fille Catherine en apprentissage, charge à lui de fournir le matériel nécessaire, et de donner en contrepartie aux deux veuves un morceau de viande de 4 sols tous les samedis.

 

   

 

 

Il y avait aussi l'apprentissage collectif par les manufactures royales qui se sont chargées de former leurs dentellières, ou par les nombreuses oeuvres de charité qui avaient pour but d'enseigner aux jeunes fille un « métier honnête ».

 

 

Mais très souvent, les familles plaçaient leur petits filles

en apprentissage ,

chez des dentellières, ou, généralement chez des marchants,

en établissant un contrat en bonne et due forme.

 

On a ainsi pu retrouver nombre de ces contrats, dont certains datent du XVIIeme siècle,

 des« baux de services » d'enfants,

des « baux à titre de nourriture et entretenement », etc.

 

 

apprentie 3 p400

 

 

Que nous racontent ces contrats ?

   

Que les enfants avaient généralement entre 7 et 12 ans à la signature,

que la durée moyenne du contrat était de 6 ans.

Beaucoup quittaient l'apprentissage vers l'âge de 18 ans, pour s'établir.

 

Le bailleur ne verse habituellement pas d'argent au maître d'apprentissage

(sauf dans le cas de contrats de courte durée, surtout en ville),

 

au contraire, c'est le maître d'apprentissage qui pend à sa charge le logement, la nourriture et l'entretien du linge  de l'enfant

« quéry ses vivres, fourny feu, lict et chandelle ».

 

 

  apprentie 5 p350

 En cas de maladie, le maître peut s'engager à

« fait panser et médicaments quinze jours durant ».

   Bon, faudra pas s'imaginer être malade trop longtemps, hein

 

   

Parfois, le preneur se charge aussi d'habiller la jeune apprentie :

« entretenue d'habits, linge, chausses et souliers »

   

D'autres fois, surtout en campagne, il est même prévu qu'elle pourra emporter à la fin du contrat

« ses habits journaliers et ceux du dimanche »,

   

 voire même un trousseau neuf, dont le montant est précisé et la composition parfois soigneusement détaillée dans le contrat, le maître s'engage ainsi à la fin du contrat à

« l'entrousseler bien et honnestement suivant sa condition »

  

    

 

 

 

apprentie 1 p230 

 

Si en ville le contrat est souvent de courte durée, en campagne, il était généralement beaucoup plus long, et les « devoirs » du maître plus complets,

 

 L'enfant peut ainsi être élevée par ses maîtres d'apprentissage, et certains contrats précisent que le preneur devra les traiter « comme si c'était leur propre enfant », sachant qu'en plus d'apprendre et faire de la dentelle, on pourra lui demander d'autres menus services.

 

 

   

Ainsi en 1770, Renée Jousselin se chargera d'enseigner « le velin » (= la dentelle à l'aiguille) à deux soeurs de 10 et 11 ans

 « sans en rien cacher »

et ce, pendant huit ans.

 

Elle les logera, les nourrira, les enverra à la messe et au catéchisme, et même s'engage à leur apprendre à lire et à écrire

(ce qui était loin d'être toujours le cas !).

 

 

 

 

 

 ô la belle vie ?

logée nourrie blanchie !

   

Pas sûr, car il y a bien entendu une contrepartie :

 

l'enfant va apprendre la dentelle et en faire .... en faire ...

... en faire beaucoup !

 

et le gain tiré de la vente de ces dentelles reviendra en intégralité au maître d'apprentissage

 

 

apprentie 7 p450  C'est pourquoi ces contrats sont souvent établis pour plusieurs années, afin de bénéficier au maximum des progrès de la jeune apprentie :

plus elle deviendra experte

plus ses dentelles seront vendues chères.

  

Regardez le nombre de fuseaux de cette jeune apprentie dentellière belge de 16 ans !

    

 

Les contrats contiennent même des clauses de rupture,

   ainsi Renée a pris la précaution de préciser que la mère des deux fillettes devra payer 300 livres si jamais elle retirais ses enfants avant le terme du contrat.

   

 Et ne croyez pas qu'elles apprenaient la dentelle progressivement et tranquillement .

   Il ne s'agissait pas de s'exercer à coup de petits échantillons comme on le fait aujourd'hui.

 

L'enfant devait réaliser à chaque fois des mètre et des mètres de dentelle.

  C'était le cas même pour les dentelles d'apprentissage les plus basiques, ces petits lacets de moins de 10 fuseaux qui étaient utilisés comme engrelure.

  ainsi en 1665, un contrat précise que la petite Hélaine Paulmier

sera logée, nourrie, couchée, chauffée pendant l'année où elle apprendra la dentelle,

 

ET ... 

 «  .... elle sera tenue de commencer à travailler à six heures de matin de chacun jour

et quittera à huict heures du soir, hyver et esté »

 

 

gloups ...

ça fait quand même des bonnes journées

et sans RTT 

 

Alors .... partant(e)s pour signer ?

 

   

apprentie 6 p250

 

 

Pour écrire cet articles j'ai pioché la majorité des informations dans ces deux ouvrages :

L'économie dentellière en région parisienne au XVIIe siècle par Béatrix de Buffévent 1984 . Un peu (beaucoup ) barbant à lire .... mais plein d'informations.

La dentelle D'Alençon. Recueil de textes du XVII au XXeme siècle. Archives départementales de l'Orne 2001

 

Et les images ?

oui, là je sais, y a comme un décalage : je vous parle de contrats du XVIIe ou XVIIIe siècle, et je vous montre des photos du siècle dernier.

Faut dire que j'ai pas trouvé une seule photo du XVIIe          vi vi .... j'vous assure, pas une seule ! 

 

Se référer au numéro qui sont sur les photos et non à leur ordre d'apparition à l'écran

1 - Détail d'une cate postale ancienne : jeune dentellière de Haute Loire

2 - Détail d'une carte postale ancienne : Dentellières du Puy

3 - Détail d'une carte postale ancienne : jeunes dentellières argentanaises

4 - Détail d'une carte postale ancienne : Dentellières du Puy . Photo mise en scène bien sûr, ne croyez pas que les dentellières du Puy étaient si bien habillées et que leurs petites filles travaillaient avec des couronnes de fleurs dans les cheveux.

5 - Photo extraite du catalogue d'une extraordinaire exposition présentée en 2004-2005 Musées Royaux d'Art et d'Histoire de Bruxelles,

6 - une petite dentellière anglaise je n'ai pas retrouvé de qui est ce tableau, et où il se trouve  ??

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Meriem - dans Histoire(s)
commenter cet article

commentaires

francinette 30/01/2011 12:23



Très belle histoire, à l'époque c'était certainement difficile , mais on ne rechignait pas sur le travail, on avait pas le choix!!!La dentelle est vraiment un travail splendide, d'une finesse
extême. Biz



Meriem 30/01/2011 20:32



oh non les dentellières d'autrefois ne rechignaient pas sur le travail  .... c'était souvent des 18 heures par jour !!!!! 



jeanne69 02/11/2010 20:23



merci beaucoup pour ce bel article, j'ai lu un livre "la dentellière" ('roman) qui reprend bien ce que tu as écrit



Meriem 06/11/2010 18:26



c'est de qui ce roman ? ça m'intéresse bien sûr.



Moyenbof 24/10/2010 10:33



C'est absolument génial tout ce qu'on apprend! Merci



Meriem 24/10/2010 18:03



... et je pense que ça devait être à peu près la même chose pour les brodeuses à l'époque.


Merci  de ta visite et de ton petit comm'



Jeannine 21/10/2010 17:15



A cette époque les enfants qui parvenaient à 6-7 ans avaient déjà beaucoup de chance. Ils étaient dans les 50% des enfants qui atteignaient cet âge. On parle de familles recomposées
maintenant mais à cette époque il y avait beaucoup de 2ème mariage voir plus aussi bien pour les hommes que les femmes. Je pense que les enfants ne devaient pas se poser de
question c'était ainsi. Bises et caresses à tes 4 pattes


 


 



dentellière54 19/10/2010 20:30



Quelle érudition, je me régale!!!!!



Présentation

  • : Dentelle et Papillon
  • Dentelle et Papillon
  • : Blog consacré à la dentelle : créations en dentelle aux fuseaux, techniques, histoire, identification des dentelles.
  • Contact

Peut-être aimerez vous aussi :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Traducteur - Translator

 

Archives

Les balades du Papillon

 

paps_p300.jpg

 

Les broderies du Papillon

 

sont   ICI


l'annuaire des piquées du fil
l'annuaire des piqué...

Pour parler dentelle je vais là :
Forum dentelle aux fuseaux
 
et pour papoter broderie, je vais ici ,

bonne humeur garantie

Forum Pour l'Amour du Fil 

Merci pour vos visites

Il y a    personne(s) sur ce blog

   

Nbr total de visites :   

hobbies