Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 18:15



C'est l'époque du carnaval de Venise, c'est donc l'occasion de vous montrer ce masque.

Tous les ans, le groupe de dentellières dont je fais partie expose sur un thème donné. Selon le thème, je suis plus ou moins inspirée ... 
Une année le thème a été Venise et là, ce fut un régal. J'aurai donc l'occasion de vous montrer progressivement d'autres créations réalisées pour cette exposition.


C'est vrai que ce masque n'est peut être pas tout à fait adapté pour Venise :  un masque aux fuseaux pour LA ville de la dentelle à l'aiguille !
C'est un masque avec des volutes travaillées à la façon du Fleuri de Bruges : petit clin d'oeil de la Venise du Nord à la Venise du Sud !
Il a été réalisé en lin Bockens 60/2 noir et bleu marine.



Si Venise fut surtout connue au XVIe et XVIIe siècle  pour sa dentelle à l'aiguille, on y a aussi travaillé la dentelle aux fuseaux.
Mais cette production aux fuseaux a laissé peu de traces pour plusieurs raisons :
  • La dentelle aux fuseaux vénitienne a été en quelque sorte étouffée par la renommée des points à  l'aiguille  
  • Elle n'a jamais développé son style propre : elle s'est contenté d'imiter les dentelles à l'aiguille. La copie a eu bien sûr moins de succès que l'originale. 
  • Enfin, elle était aussi terriblement concurrencée par les dentelles flamandes aux fuseaux plus appréciées, entre autre parce qu'elles utilisaient un lin beaucoup plus fin et de bien meilleure qualité



Seules traces de cette production aux fuseaux : les inventaires (*) et les livres de modèles.
En effet, au XVIe siècle, on publiait déjà des livres de modèles, comme aujourd'hui !
Ces livres proposaient essentiellement des modèles pour dentelle à l'aiguille, indiquant parfois cependant qu'ils pouvaient aussi être réalisés aux fuseaux.


(*) les inventaires sont une source de renseignements très précieuse pour les historiens de la dentelle.
En effet, les dentelles étant considérées comme des biens de grande valeur (autant que les terres, les maisons, ou les bijoux), elles figuraient donc avec beaucoup de détails dans les inventaires établis lors des mariages, décès, saisies, etc.

Repost 0
Published by Meriem.CHAUVET - dans Créations
commenter cet article
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 11:36



Savez vous ce qu'est l' engrêlure ?

C'est un étroite bande généralement aux fuseaux qui était cousue sur le bord des dentelles.

Pourquoi rajouter cette petite bande ?    Parce que la dentelle est fragile et qu'elle a toujours été très chère !!

Il n'était donc pas question de l'abîmer en la lavant en même temps  que la chemise ou le col auxquels elle était fixée.
On devait donc découdre la dentelle avant de laver, et la recoudre ensuite.
Bien sûr ces opérations plusieurs fois répétées risquaient d'abîmer le bord de la dentelle, c'est pour cela qu'on a eu l'idée d'ajouter cette petite bande sans valeur qui pouvait être changée quand elle était trop abîmée.



Sur cette photo, vous voyez la délicatesse du pied (*) d'une dentelle de Malines.
On comprend aisément qu'il ne puisse supporter de trop nombreuses manipulations.


(*) Pour les non dentellières :  le "pied" est le bord lisse,en haut de de la dentelle, qui sera cousu au tissu (ou cousu à l'engrêlure qui sera elle même cousue au tissu)








(H: 7cm)





(H: 3cm)
Sur cette photo, vous voyez une dentelle de Malines faite à la main avec, en haut, une engrêlure (mécanique) qui se différencie bien du reste de la dentelle.

Fait à la main ou mécanique, c'est ce modèle d'engrêlure qu'on rencontre le plus souvent : un entre deux guipure entièrement en passées tordues pour être bien solide.



Les engrêlures étaient généralement faites aux fuseaux : c'étaient parfois les "exercices" des petites apprenties dentellières (ces petites filles de 5 ou 6  ans qu'on faisait denteler 10 heures par jour !), ou les travaux de vieilles dentellières qui n'y voyaient plus guère.
Mais à la grand époque de la dentelle, cela ne suffisait pas : aussi certaines villes s'étaient -elles spécialisées dans la confection des engrêlures !
Puis, avec l'arrivée de la mécanique, la petite bande de fuseaux a été le plus souvent remplacée par un étroit entre-deux mécanique.



Il  ne faut jamais juger une dentelle sur son engrêlure  !

En effet, les techniques (fuseau / aiguille / mécanique) de la dentelle et de l'engrêlure peuvent être différentes, les époques différentes, la qualité du travail différente, les fils différents, etc



Après l'exemple d'engrêlure mécanique vu plus haut, voici un exemple d'engrêlure main :  il s'agit d'une ancienne dentelle à l'aiguille, bordée d'une engrêlure (de la même époque sans doute) aux fuseaux.

Dans cet exemple, l'association est heureuse et l'engrêlure se fond bien à la dentelle elle même.











                                                                                         (H:6.5cm)



On était tellement habitué à voir l'engrêlure au bord des dentelles que la mécanique a fini par imiter l'ensemble.
Ainsi, sur l'exemple ci dessous on croit voir une dentelle bordée d'une engrêlure très classique.
En fait non, il s'agit d'un travail mécanique où les deux ont été tissés en même temps.
(H:4.5cm)

Repost 0
Published by Meriem.CHAUVET - dans Mode et costume
commenter cet article
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 17:00




Vous prenez un carreau de cuisine que vous avez sous les yeux tous les matins au petit déjeuner, du papier, un crayon, des fils de lin et des fuseaux, vous mélangez des techniques de dentelle belges et slovènes plus un soupçon de technique française, et vous obtenez un ...  oiseau bleu.


Les ailes et la queue sont travaillées comme la "dentelle chrysanthème" belge (chrysantenwerk) qui doit son nom à la fleur qui entre dans la plupart de ses compositions.

Au Fleuri de Bruges belge j'ai aussi emprunté le fond que j'appelle "grillage à poules".

Les fleurs sont inspirées des fleurs de la dentelle d'Idrija

Et la petite touche de technique très française : c'est la longue tige enroulée qui prolonge le bec de l'oiseau et qui est travaillée en roulotté.
Ce roulotté si joli, mais surtout si pratique pour camoufler les fils de couleurs différentes, pour ajouter et/ou supprimer des paires proprement.

Quand aux petites étoiles en tresses picotées, elles sont universelles : Cluny, Fleuri de Bruges, Idrija, dentelle Russe, etc .... chacun ayant cependant sa façon de les travailler !




Et voici le résultat final, travaillé en lin Bockens 60/2  (Carré de 22cm)





Les pétales de la dentelle Chrysanthème (c'est à dire les plumes de mon oiseau) sont travaillés avec un premier côté toujours en mat et un second côté travaillé en grille ou avec point fantaisie (sortes d'araignées) comme sur le schéma ci dessous.

Le bord extérieur est épinglé à 2.
Le bord intérieur du mat est épinglé à 4 afin de pouvoir faire un accrochage en relief au retour.

Repost 0
Published by Meriem.CHAUVET - dans Créations
commenter cet article
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 18:45

Et bien !!!  mon blog était dans tous ses états ce soir à mon retour : 
il n'avait jamais vu autant de monde et reçu autant de commentaires !

Merci mille fois à toutes les visiteuses de la communauté "Croisons les fuseaux"

 pour leurs compliments
(on a beau "se la jouer modeste", ça fait bien plaisir !)
 
et pour leurs encouragements
(j'espère que la suite de ce blog sera à la hauteur de vos espérances)

Repost 0
Published by Meriem.CHAUVET
commenter cet article
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 07:00
 

Dentelle aux Fuseaux – Fils coupés

Caractéristiques : La Rosaline est une dentelle aux fuseaux belge du XIXème siècle, à fils coupés, toujours travaillée en fil grège (teinté dans le thé).

Le nom de « Rosaline » est peut-être du simplement au petit motif en forme de Rose qui en est l’élément décoratif essentiel ; ou bien peut-être est-ce une appellation commerciale, les compositions de la Rosaline rappelant le point de Rose vénitien du XVIIème (Punto Rosaline en Italien), à une époque où les copies de dentelles anciennes étaient à la mode ?

Technique : Les fils ne sont pas coupés après chaque motif, ils sont regroupés en une botte de fils tordue qui passe d’un motif à l’autre. Quand la dentelle est achevée, on coupe les bottes de fil au ras des motifs.


Sur la photo de gauche, on voit la botte de fils qui a servi au démarrage du travail.

















et sur la photo de droite, 
on peut voir en haut le court passage de la botte de fils entre la tige et le coeur de la fleur
(la photo est grossie : une fleur de Rosaline mesure moins de 2 cm de diamètre)




La petite taille des éléments décoratifs donne toujours aux compositions de la Rosaline un aspect un peu confus. Elle fut utilisée pour les cols, les éventails, les manchettes, mais aussi pour de beaucoup plus grandes pièces comme des sets de table ou des nappes par exemple (voir note à la fin de l'article).





Des tresses (*)  picotées relient entre eux des éléments décoratifs de petite taille et peu variés, parmi lesquels on trouve des volutes, 1 ou 2 sortes de feuilles et surtout cette fameuse petite "rose" à 5 pétales ajourés.

Quand le cœurs de ces fleurs est orné d’un petit anneau à l’aiguille comme sur cette photo, on parle de « Rosaline perlée ».


(*) En Belgique on parle de "tresse" pour désigner ce qu'on appelle "corde" en France.





Les motifs sont pratiquement tous travaillés en toilé (= mat), avec quelques ajours. Le bord du toilé est épinglé après 2.

Il n’y a pas de cordonnet mais un lacet contour permet de donner du relief, notamment sur le motif ci contre appelé « le poisson ».

Sur les dentelles de moindre qualité, le lacet contour était remplacé par une botte de fils nouée .

Sur cette photo, on voit que le "poisson" de gauche est travaillé en lacet,  alors que la botte de fils nouée est bien visible sur les deux autres "poissons" (le haut étant malgré tout travaillé en lacet) 









Certains motifs sont ornés d’un fond le plus souvent en épingle close qui pouvait être fait à l’aiguille ou aux fuseaux ;
On reconnaîtra un fond aux fuseaux à la série de nœuds d’arrêt que l’on ne retrouve pas dans le travail à l’aiguille.








 

Histoire : Au milieu du XIXèmesiècle, concurrencées par la mécanique, les dentellières de Bruxelles, Bruges, Gand, mettent au point différentes techniques de dentelles fleuries à fils coupés, inspirées des prestigieuses dentelles de Bruxelles du XVIIIème. mais plus "grossières" et rapides à faire.


Parmi ces nouvelles réalisations, on distinguera la Duchesse brugeoise, le gros fleuri de Bruges et enfin, vers la fin du XIXèmesiècle, la Rosaline qui sera surtout travaillée dans la région d'Alost, de 1890 à 1955 environ.

Si la Rosaline est une "spécialité" d'Alost, elle a aussi été travaillée dans d'autres villes Belges, et certains petits détails permettent de deviner leur origine.





Les motifs d’animaux , comme ce charmant petit écureuil, sont inconnus dans la région l’Alost, mais très courants dans la Rosaline plate de la région de Gand ou de Bruges












Dans la région de Gand et de Bruges, on travaillait la Rosaline un peu à la façon du Rococo ou du fleuri de Bruges : pas de lacet contour en relief, pas de perles à l’aiguille (on parle de « Rosaline plate »), les feuilles étaient travaillées de haut en bas ; dans les fleurs, on alternait les pétales en toilé et en grillé comme dans le fleuri de Bruges.
La photo qui suit est un bel exemple de ce genre de travail.



Note : Sachant que chaque petite fleur fait moins de 2cm de diamètre, on se dit qu'il devait falloir des mois ou des années pour faire une nappe !
Et bien non, pas du tout, il ne fallait pas beaucoup plus de temps pour faire une nappe que pour faire un petit col par exemple ... il fallait seulement plus de dentellières.

La riche cliente qui venait commander une nappe la voulait très vite, elle n'était pas prête à attendre plusieurs mois.
Alors le marchand "découpait" le carton en petits morceaux et chaque ouvrière dentellière avait un petit bout du carton, qui correspondait à une semaine de travail.
La dentellière ne savait même pas si ce morceau était destiné à un col, un napperon ou une nappe.
Tous ces petits morceaux étaient ensuite cousus entre eux dans les ateliers du marchand.
Même la dentelle au mètre était faite ainsi, par petits tronçons.

Une pièce de Rosaline était donc faite par plusieurs dentellières, et si vous regardez de près, vous pourrez facilement voir des différences dans le travail qui pouvait être plus ou moins soigné selon les dentellières.
Ainsi par exemple on trouvera des endroits ou les tresses seront picotées, et d'autres endroits ou la dentellière, plus pressée on moins attentionnée, aura omis de faire les picots. 



Sur la technique de la Rosaline, je ne connais pas d'autre livre que celui de Ghislaine Eemmans-Moors ... mais qui est hélas épuisé.
Titre: Rosaline Lace - Auteur  : Ghislaine Eemans-Moors - Editeur : Batsford.
Ce livre est en plusieurs langues, dont le français.

Repost 0
Published by Meriem.CHAUVET - dans Identification
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 11:44



(L:12.5cm  H:20cm)


Faire de la dentelle Torchon ne veut pas dire être condamné à faire du géométrique, des carrés ou des zigzags.
La dentelle Torchon peut aussi être figurative et se prêter aux courbes.

Voici par exemple un modèle d'Arum travaillé en lin 120/2, dont le fond se révèle être un petit catalogue de points différents.
En partant du haut, on trouve :
   -    Une bande de fond Mariage fantaisie  avec une épingle supplémentaire au milieu .
        (vous  trouverez le dessin technique de ce fond à la fin de l'article).
   -    Une des nombreuses variantes du fond diamant (ou fond triangulaire)
   -    Une bande en fond Dieppe (avec quelques points à la Rose)
   -    Une des nombreuses variantes du fond à la Rose 
   -    Une bande de fond Epingle close du Velay (ou fond Bruxelles)
   -    Et enfin un  fond Mariage classique.
La fleur est en mat et grille, cernée d'un cordonnet.




Schéma technique du fond Mariage fantaisie , entièrement en demi passées (CT) :   


Repost 0
Published by Meriem.CHAUVET - dans Créations
commenter cet article
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 19:04


Je ne pars jamais de rien pour créer une dentelle : cela peut être une photo, un tableau, un dessin, un objet ...

Ainsi,  l'ouverture du musée des arts premiers du quai Branly nous a donné l'occasion de découvrir de nombreux objets africains, australiens , etc.

Autant d'objets magnifiques, autant d'idées de dentelles !
J'ai donc eu ma ''période arts premiers".

Voici une des dentelles de cette période, inspirée d'un masque cimier Malien .











Cette tête d'Antilope a été travaillée en lin Bockens 60/2

Les points sont choisis en fonction du masque original :

-  un mat dense pour traduire le museau brillant (avec une petite bande en fond marguerite pour que ça ne soit pas trop lourd et que ça reste de la dentelle !)

-Une alternance de mat et de corde pour donner le mouvement de la corne

- Un point fantaisie avec des dents accentuées pour imiter les pointes de la crinière du masque

- Et une alternance de bandes différentes dans le cou, avec un mélange de mat et de mat tordu pour lui donner un côté frustre et rugueux.

 





(H: 25 cm)


Un gros plan sur la petite vague rose dans le cou : il s'agit simplement de deux cordes qui zigzaguent d'un côté à l'autre et qui sont "pincées" par les voyageurs des deux côtés.







Repost 0
Published by Meriem.CHAUVET - dans Créations
commenter cet article
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 11:44






Voici trois petites dentelles bien classiques me direz vous.

On y retrouve tous les éléments connus : le pied de le dentelle en passées tordues, les cordes parfois picotées, les fameux points d'esprits, des petits carrés en mat, une rivière en grille,  un fond torchon avec quelques points d'esprit carrés, et évidemment des éventails.

Mais ... en  y regardant de près, peut être trouverez vous que la petite rivière en grille du modèle du bas est un peu "bizarre" ?

Et pour cause ! 
Ce n'est pas de la dentelle aux fuseaux ! 
C'est du crochet ... qui imite la dentelle aux fuseaux !







Ces trois modèles sont issus de ce petit livret que vous aurez peut être un jour la chance de trouver chez un bouquiniste : 

                   Album de Crochet Artistique 
                           Deuxième volume 
                     par Madame HARDOUIN
              "Professeur d'ouvrages de Dames"
     Manufacture Parisiennes des Cotons L.V. & M.F.A.
 
Ce petit ouvrage ancien propose des modèles tous au crochet, mais imitant la dentelle aux fuseaux, la dentelle à l'aiguille, la frivolité et le filet.






 



Une photo extraite du même livret mais il s'agit cett fois d'une imitation de Frivolité.... toujours au crochet !
Étonnant, non ?

Repost 0
Published by Meriem.CHAUVET - dans Mélange
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 10:56


Dans le magnifique livre de Martine Bruggeman "L'Europe de la Dentelle", j'avais remarqué cette discrète photo d'une petite dentelle italienne du XIXe-XXe siècle.

Cette dentelle est originaire des Abruzzes, d'Aquila exactement, et voici ce que dit Martine Bruggeman :  
"La dentelle d'Aquila, qui était particulièrement soignée, était principalement l'oeuvre de couvents. Elle était faite de lin fin, mais ses motifs souvent empruntés à la broderie et non adaptés à la technique dentellière, lui donnaient un aspect plus rustique et plus naïf qu'artistique".

Il est vrai que le dessin est naïf et maladroit, mais j'ai tout de suite été touchée par le charme de ce petit lion et j'ai eu envie de refaire le piquage.

Si à votre tour vous voulez redonner vie au lion des Abruzzes, vous trouverez le piquage et les explications dans la revue "Kant" de septembre 2001 (Revue du Kantcentrum de Bruges).

Voici le résultat (travaillé en lin 80/2)
J'ai été paresseuse, je n'ai fait que le lion, j'aurais peut être du refaire aussi une partie des motifs floraux ... un jour peut être ....


(H: 14cm  L: 18cm)
Repost 0
Published by Meriem.CHAUVET - dans Créations
commenter cet article
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 13:14

Ce blog a été créé pour parler de ma passion : la Dentelle.
Vous y trouverez dans un premier temps des photos de mes créations en dentelle aux fuseaux, peut être par la suite des articles sur la technique, l'identification ou l'histoire de la dentelle, des petits modèles à télécharger.
... toute la difficulté pour moi étant pour l'instant e découvrir le fonctionnement d'un blog ....

Pour commencer, voici une tête de cheval (inspirée d'un motif celte) pour souhaiter une bonne et heureuse année 2009 aux éventuels visiteurs de ce blog nouveau né.
 

Repost 0
Published by Meriem.CHAUVET - dans Créations
commenter cet article

Présentation

  • : Dentelle et Papillon
  • Dentelle et Papillon
  • : Blog consacré à la dentelle : créations en dentelle aux fuseaux, techniques, histoire, identification des dentelles.
  • Contact

Peut-être aimerez vous aussi :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Traducteur - Translator

 

Archives

Les balades du Papillon

 

paps_p300.jpg

 

Les broderies du Papillon

 

sont   ICI


l'annuaire des piquées du fil
l'annuaire des piqué...

Pour parler dentelle je vais là :
Forum dentelle aux fuseaux
 
et pour papoter broderie, je vais ici ,

bonne humeur garantie

Forum Pour l'Amour du Fil 

Merci pour vos visites

Il y a    personne(s) sur ce blog

   

Nbr total de visites :   

hobbies