Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 10:15

 

  Tjevoli-01

 

 Quel était le secret du vieux carreau ?

quel était l'indice ?

 

Et bien c'était cette mention sur le carton :

 

La Boule de Neige

 

  Tjevoli-03

 
 
Tjevoli-06

 

 

Ce carton correspond en tous points à la publicité qui en était faite :

 

 

"Tous les cartons de la "Boule de Neige" sont piqués et bien dessinés sur carton vert foncé, portent un numéro d'ordre, l'indication du nombre de fuseaux et le numéro de fil à employer "

 

 

 

 

Oui, et alors ?

 

Et bien Boule de Neige = Tjevoli

  

Fuseaux Tjevoli

 

Je me suis dit alors que les fuseaux jugés "ordinaires" étaient peut-être des Tjevoli ....quel curieux nom n'est-ce pas ?

 

 

ça ne vous dit toujours rien ?

 

Alors je vais vous raconter une histoire

 

Tjevoli-04

 

 

 

 

 

 

Il était une fois, fin XIXème-début XXème, un joli magasin d'ouvrage de dames situé dans la ville du Mans .

 

Il s'appelait la Boule de Neige

et était tenu par un couple qui y vendait tout le matériel nécessaire à la confection de la dentelle aux fuseaux :

carreaux, fils, fuseaux, épingles, etc.

 

   

Ils avaient même publié une méthode d'apprentissage de la dentelle, méthode qui fut déclinée sous diverses formes

et plusieurs fois republiée.

 

 

 

  

 

 

Madame  était une dentellière experte :  

en 1899 elle avait obtenu une médaille de vermeil pour sa dentelle lors d'un exposition nationale qui avait eu lieu au Mans.

 

Tout en tenant la boutique, elle donnait des cours de dentelle mais aussi de broderie ou de tapisserie.

C'est aussi elle qui dessinait les cartons.

 

Voyant sa femme et ses élèves embobiner et rembobiner sans cesse du fil sur leurs fuseaux, Monsieur eu une idée : faire des petits cônes de fils qu'il suffirait d'enfiler sur le fuseau.

 

Pour pouvoir enfiler ce petit cône de fil, il fallait des fuseaux spéciaux

et bien les voici  ! 

 

 

Tjevoli-02

 

 oui, je sais, à  première vue, rien de bien particulier  sur cette image.

 

Le premier est embobiné de façon tout à fait ordinaire

le deuxième, vide, est vraiment d'une banalité sans nom

 

et sur le troisième ...

et bien il n'y a plus de fil, mais il reste un morceau de carton

C'était le carton qui servait d'armature au cône de fil.

 

 

 

 

 

Alors, pour pouvoir recharger le fuseau, il fallait juste ....

enlever la tête.

.

Tjevoli-05

 

 En 1903, Monsieur dépose même un brevet pour son fuseau à tête amovible.

 

Il en faisait en buis, en palissandre, et même en os.

 

.

Encore fallait-il qu'il trouve un nom à ses fuseaux 

 

et pourquoi pas une anagramme ?

 

Anagramme de quoi ?

 

ha oui, j'ai oublié de vous dire que le couple qui tenait cette jolie boutique du Mans s'appelait

 

Monsieur et Madame Jolivet.

 

ce qui a donné ....Tjevoli

 

Tjevoli-08

 

 

Comme pour les tout aussi célèbres fuseaux Cottier, les Tjevoli avaient pour but d'éviter le fastidieux travail d'embobinage, et de protéger le fil grâce à l'étiquette qui recouvrait tous les petits cônes.

 

Mais aussi, comme les fuseaux Cottier...  et les machines à café nespresso,

cette invention avait l'avantage de fidéliser  la clientèle obligée de venir acheter ses recharges chez le fournisseur,

 

recharges qu'on pouvait donc vendre plus chères .

.

C'est sans doute pour cela que leur succès fut éphémère, what else ? 

(enfin .... pour nespresso, on sait pas encore )

 

 

 

Contrairement aux fuseaux Cottier,  on pouvait continuer à se servir des Tjevoli même sans les petits cônes amovibles

on pouvait embobiner le fil dessus de façon traditionnelle

(comme on le voit sur le tout premier fuseau),

 

 

Mais hélas, c'est aussi cette deuxième vie possible des fuseaux Tjevoli qui fait qu'ils passent souvent inaperçus .

Combien de dentellières voyant la tête se détacher
ont cru que leur fuseau était cassé et l'ont jeté ?
... ou collé    !!!!!!  
 

Le rêve de toute dentellière (moi la première) est de trouver un jour

des fuseaux Tjevoli avec leur bobine de fil 

Dentellecigale a eu cette chance : ICI

 

 

en cliquant sur Papillon, vous pourrez lire la notice des fuseaux Tjevoli,

ainsi que le début des explication du modèles figurant sur le carton

.... explications de l'époque .

  

chien-20avec-20papillon-5B1-5D.gif 

 

 

 

Tjevoli-07

 

Maintenant, un mystère demeure : Le carreau qui accompagne les fuseaux est-il un de ceux vendus par la boutique du Mans ?

Je l'ignore

 

Il y ressemble,

Il a les dimensions des modèles vendus sous les numéros 1 ou 2

 

Ils pouvaient être recouverts de toile cirée, ou de peluche (?)

 

si quelqu'un sait comment les reconnaître, je suis preneuse.

 

 

 

 

Un grand bravo à celles qui avaient trouvé le lien entre la Boule de Neige et les Tjevoli

 

 

 

Enfin vous vous demandez peut-être si ma cousine a réussi à vendre son carreau ?

 

oui .... à moi 

 

 

 

 
Un grand merci à B.et H. J. qui, les premiers, m'ont raconté cette histoire.
Repost 0
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 14:15

 

vieux-carreau-03 

 

Il y a quelques temps, ma cousine m'apporte un veiux carreau dans une boîte.

 

Elle l'a chiné il y a de nombreuses années et il l'encombre.

 

Charge à moi de voir à combien on pourrait le vendre sur internet

 

 

J'ouvre la boîte et  ... et ....

 

 bof

 

 petite déception

 

 

 

C'est vrai que mon rêve aurait été d'y trouver un "vrai" ancien carreau du Puy,

bien patiné par les ans,

avec sa toile cirée moche et usée par le jeu des fuseaux, 

et surtout ses images pieuses sur les côtés.

 

 

vieux-carreau-02 

 

 

 

 

Là, c'est un petit carreau

tout a fait charmant et frais,

 

mais un peu passe-partout,

 

et qui n'a sans doute pas souvent été utilisé.

 

 

 

 

des fuseaux du Puy aussi,

tout ce qu'il y a de plus classique.

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 vieux-carreau-04

 

 

 

 

 

 

 

 

un carton avec un dentelle torchon basique tout à fait ordinaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et une petite photo de l'arrière pour terminer. 

 

 vieux-carreau-01

 

 

et pourtant .....  pourtant .....

un petit détail a attiré mon attention

 

et j'ai commencé à me faire tout un petit roman dans ma tête

   

 

 

Alors ... les expertes et les experts lecteurs de ce blog

 

qu'y a-t-il de "remarquable" sur ce carreau ?

 

  je vous laisse chercher un p'tit peu, d'accord ?

 

 

 

   

Repost 0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 17:30

 

Musee-guimet-1-r 

 

 

  Là, vous voyez le Musée Guimet à Paris

...  arrangé à ma façon

     

Mais en fait, je vais vous parler ... lessive

 

 

 

Que faisait-on au XIXème siècle  pour avoir du linge plus blanc que blanc ?

 

Et bien on le passait au bleu

on l'azurait.

 

 

C'est à dire qu'on le plongeait dans une eau dans laquelle on faisait dissoudre

au préalable un peu de pigment bleu .

 

 

Ce fut d'abord du pastel , très cher,

qui fut remplacé par l'indigo, moins onéreux car importé d'Amérique où il était cultivé par les esclaves.

 

 

Tout l'art était dans le dosage : il fallait bleuir légèrement le linge pour que, par effet d'optique, il paraisse plus blanc.

  Mais pas trop, car trop d'indigo dans cette eau pouvait au contraire le teindre en bleu

 

 

On achetait le bleu en poudre, en boules, en plaquettes, en pastilles, etc.

Dans tous les cas, il fallait le mettre dans un petit sac de mousseline que l'on agitait et pressait dans l'eau pour en extraire le colorant.

Le sac en mousseline était indispensable pour qu'aucun petit morceau ne puisse s'échapper, menaçant de tacher le linge.

 

Musee-guimet-4-r

 

 

Il fallait replonger de temps en temps le petit sachet dans l'eau pour rajouter du bleu au fur et à mesure que le linge qu'on y trempait absorbait la couleur.

 

D'autant que certains linges étaient plus gourmands que d'autres :

 "le linge neuf et celui de coton retiennent beaucoup plus de bleu

que le vieux linge et celui de fil"  (*)

 

Il fallait aussi veiller à bien essorer le linge et l'étendre aussitôt pour éviter une accumulation d'eau dans les plis qui pouvait laisser des traînées bleues en séchant.

 

 

 

 

 

 

 

C'est bien joli tout ça, mais quel rapport avec le musée Guimet ?

 

Et bien il y a un homme qui fit fortune avec ce bleu qu'on trempait dans l'eau de rinçage,

ce fût Jean-Baptiste Guimet

 

Il découvrit en 1826 l'outremer artificiel, et mit ainsi sur le marché un bleu beaucoup moins onéreux que ceux utilisés jusque là.

 

Ce fut l'invasion du Bleu Guimet

 

Musee-guimet-2-r

 

Jean-Baptiste eut un fils, Emile.

 

Grâce à la fortune de papa, Emile fit de très nombreux et lointains voyages,

en Egypte, en Grèce, en Inde, au Japon, en Chine, dans tous les pays d'Asie .... 

 

Pour présenter au public la magnifique collection d'objets qu'il rapporta de ses voyages, il créa en 1879 un premier Musée Guimet à Lyon,

puis il déménagea sa collection dans un autre Musée qu'il fit construire dans la capitale :  l'actuel  et célébrissime Musée Guimet de Paris.

 

Emile Guimet ne se contenta pas de jouer au collectionneur, il reprit l'usine de son père à Fleurieu sur Saône dans la banlieue de Lyon.

 En 1878, cette usine employait eviron 150 ouvriers et produisait 100 tonnes de bleu ! 

 

 

Et voilà pourquoi j'ai peint le Musée Guimet en bleu

 

pour qu'on n'oublie pas que cette magnifique collection d'art asiatique doit son existence à toutes les petites ménagères et blanchisseuses qui azuraient leur linge avant de l'étendre dans les prés pour le faire sécher.

 

    Musee-guimet-3-r

 

 

 

(*) Millet robinet : La Maison rustique des dames, Paris 1888

 

Pour m'aider à rédiger ce petit billet, j'ai eu recours à :

La Blanc, une invention choletaise - Elisabeth Loir-Mongazon - Musée du textile de Cholet

Dans les armoires de nos grands-mères - Inès Heugel et christian Sarramon - Editions du Chêne

 

Repost 0
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 07:00

 

 

 

Noel 01 p500

 

 

 

 

 

Un très Joyeux Noël à toutes et tous

  

et à ceux que vous aimez

 

 

 

 

et à vos 4 pattes aussi bien sûr    

 

Chat et Papillon attendent avec impatience de voir si le Père Noël va exaucer leur souhait :

Chat a commandé une boîte de sardines à l'huile, et Papillon un mini fromage..

 

 

 

Si vous n'avez pas de petit ange pour décorer votre sapin, comme sur cette carte postale ancienne,

je vous propose quelques décorations à réaliser vous mêmes avec des coquilles de noix et des fils de soie.

 

Devinez où j'ai trouvé ces petites merveilles   ?

 

Dans ma revue favorite :

La Mode Illustrée bien sûr

 

Fermez les yeux , et imaginez que vous êtes

en décembre 1879

 

 

 

Noel 02 p450

  

Qu'allez vous faire ?

Cette simple noix vernie, entourée d'un ruban de satin rouge disposé en noeuds

  

 Ou bien cette petite corbeille garnie de broderies au point russe en soie bleue

 

 

 

Noel 03 p400 

 

 

Les plus courageuses pourront essayer de réaliser ces deux ravissantes  suspensions.

 

Elles sont ornées de filet et de glands, en laines et soies de couleurs vives.

 

  

Sur la première, c'est une noisette évidée que vous voyez en haut, et qui tient les pompons  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 et celles atteintes de folie douce 

   devront se procurer la noix la plus grosse possible pour réaliser ceci

...

 

Noel 04 p450 

 

Une simple noix ornée de dentelle.

 

Simple ... quand elle est fermée.

 

 

Car une fois ouverte, on découvre le petit berceau qu'on aura confectionné pour une poupée microscopique.

 

Et dans la coquille du haut ?

 

le trousseau de la poupée bien sûr !!!!

 

ben tiens ....

        

y a plus qu'à ... 

 

 

 

 

Repost 0
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 15:24

 

chicorée 

 

Dimanche d'automne triste et pluvieux ...

 

et si on s'offrait un petit bol de chicorée pour se réchauffer ?

 

Vous faites la grimace ?

 

c'est que vous n'avez pas encore vu la chicorée que j'allais vous offrir

 

 

 

 

 

 

 

 

Tadaaaaaam

 

La voici, la voilà 

 

  chicorée1 p248

 

 

 

Avouez que vous tombez vous aussi sous le charme de cette chicorée

  

   

J'ai acheté cette jolie étiquette il y a peu de temps,

avec une vague impression de "déjà vu"

 

heu.jpg 

 

oui, cette dentellière, je la connais

  ce carreau ... ces fuseaux  ......

pourquoi ai-je l'impression de voir une dentellière normande ?

   

alors je fouille dans mes vieilles cartes,

et voilà,

 je la retrouve ma belle dentellière normande.

 

 

  chicorée3 p300

 

 

Regardez,

c'est la même posture, la même position de la main,

le même châle imprimé sur l'épaule ,

et puis bien sûr le même carreau, les mêmes 4 paquets de fuseaux !

 

Je ne peux m'empêcher de penser que le dessinateur avait cette carte postale sous les yeux,

 

 il a juste un peu embelli l'encolure et rajouté une coiffe en pyramide sur la tête (existe-t-il des coiffes du Nord de cette forme ?)

 

C'est quand même un comble !

Dans le Nord,

une région si riche en tradition dentellière,

aller chercher l'image d'une dentellière normande !

faut l'faire

 

          

 

 

Repost 0
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 10:45

 

File0004 p300

 

 

et oui, voici déjà le dernier jeu de l'été 2010  

 ( "enfin !" diront peut être certaines    )

 

 

Le premier objet, est un cube imposant qui doit mesurer au minimum 50 centimètre de côté.

 

Il est en bois, recouvert de drap grenat, capitonné.

Les quatre panneaux sont recouverts de satin grenat plissé au centre

et encadré d'une bordure en drap grenat

avec applications de satin grenat,

bordées d'un même cordon de même teinte.

Le surplus du dessin de l'encadrement est brodé au point-chaînette avec de la soie ... grenat !

 

bref ... c'est très grenat tout ça !

Mais la Mode Illustrée, dans sa grande bonté, précise

"qu'il est loisible à chacun de le faire en toutes couleurs"

 

Un tabouret me direz-vous ?

Alors enlevons tout de suite le doute : la revue précise bien effectivement que ce cube peut servir de siège, mais ce n'est pas sa fonction première.

 







 

Le deuxième objet

 

1868-01_1_p350.jpg



Comme vous êtes fines mouches, vous vous dites que c'est le dernier jeu de l'été,

donc c'est la rentrée,

et donc .... je vous propose un cartable !

ben non ... c'est point un cartable !

C'est même pas pour les gosses, c'est pour leurs mères.

et toc !





Ce deuxième objet se compose de deux morceaux de drap noir, de 70 centimètres de long, sur 36 centimètres de large, et coupés en pointe d'un côté.

Ces deux morceaux sont réunis par un ruban de laine rouge de 1 centimètre de largeur cousus tout autour.

 

Sur un de ces côtés on fixe ....

....  quelque chose que je ne peux pas dire ....

c'est ce qu'il faut trouver en quelque sorte.



Ce drap pourra être plié en trois pour former un petit sac permettant de transporter le "quelque chose qui est à l'intérieur".

 

On fixera bien sûr une poignée faite avec de la corde noir en laine.

 

 

guirlande_fleur.gif

 

 

Pas facile ce dernier petit jeu n'est-ce pas ?

 

Pour le premier objet, un coffre dans lequel on aurait aussi pu ranger des jouets,

des chaussures,

le pot de chambre (et oui, c'était une très bonne idée ça) 

Mais non, on va y ranger autre chose.

 

Le deuxième objet, on ne pouvait rien y ranger puisque c'est ouvert sur le côté

et quand on voit les superbes broderies que nos ailleules réalisaient sur les objets les plus utilitaires,

vous imaginez bien qu'un simple sac de drap noir n'était pas fait pour ranger son joli linge ou ses mouchoirs de dentelle.

 

 

Tout ça pour dire qu'il n'y a pas de gagnant(e) pour ce dernier jeu

 

Et que je vous donnerai les réponses l'été prochain

 

 

 

 

Mais non ..... je rigole .....

ce petit garçon pensif va tout vous expliquer

.

 

  1873 1 p250

 

 

 

En confectionnant ces deux objets,

vous pourrez sans peine affronter la froidure des mois d'hiver

 

 

 

car notre premier objet est

 

 

 

un coffre à bois

 

 

1872 2 p350

 

   

 

C'était la grande mode de réaliser de jolis coffres ou paniers à bois, et la Mode Illustrée proposait plein de modèles ravissants comme ce panier richement brodé.

 

Le coffre à bois était placé dans l'antichambre,

il servait de "stockage relais"

 

 alors que le panier,

qui contenait à peu près la provision quotidienne, était placé près de la cheminée.

Il était plus facile de le déplacer s'il venait à gêner.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand au deuxième objet, il s'agit

 

 

d'une chancelière portative

 

 

Et oui, j'avais bien dit que l'intérieur était "fixé"

 

Il s'agit donc de coudre sur un côté du drap deux pantoufles faites maison bien sûr.

Elles sont en drap noir, brodées en soie blanche et doublées de fourrure blanche

 

 hum hum ...  fourrure ...

on n'aime pas trop ça chez Dentelle et Papillon,

mais bon, c'était une autre époque

 

 

On pouvait donc aller passer l'après midi chez ses amies en emportant sa chancelière

afin d'avoir ses petits pieds au chaud

 

 

 1868-01 2 p500

 

N'oubliez pas de rajouter une petite poche sur le côté,

toujours pratique pour transporter 2 ou 3 bricoles.

 

La Mode Illustrée du 9 février 1868 qui propose ce modèle conseille de fixer sur un côté un morceau de toile grise de même dimension .

Quand on roule la chancelière, cette toile se place entre les deux morceaux de drap;

quand on la déplie on la place en dessous.

 

 

 

Voilà, vous savez tout

 

 

 

 

Finis les petits jeux de l'été,

 finies mes vacances de blogueuse

Va falloir que je me mette à chercher des thèmes pour des billets un peu plus "sérieux"

 

 

 

 

 

 

Repost 0
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 12:00

 

1872 4 p250

 

  

Bon, tout le monde est prêt pour l'avant dernier jeu ?

 

C'est partiiiiii

 

 

 

Le premier objet  ...

 

... se compose d'une brosse ronde

et d'un dos en carton épais recouvert de basane brune.

Le côté extérieur de ce dos est orné d'une broderie que l'on exécute au passé

 avec de la soie brune et du cordonnet d'or.

Le contour est orné d'un cordon brun auquel succède une fine soutache d'or.

La base mesure 5 centimètres de diamètre.

 

 

 

 

Le deuxième objet

 

Lisez la description pour voir combien il devait être ravissant

 1874 4 p200

 

 

Le centre se compose d'un drap noir

recouvert de 12 morceaux en drap alternativement rouge et noir

 et brodés au point russe

avec des  soies de cordonnet de diverses couleurs.

 

Leur bord supérieur et inférieur est découpé en petites dents.

On les coud ensemble par leur envers,

on les enserre par le milieu avec une bande de drap rouge découpée,

ornée de soutache en or et de perles d'or.

L'objet mesure 10 centimètres de haut.

 

 

guirlande_fleur.gif 

 

Un grand grand bravo à Corine qui, dès le premier commentaire, a donné la bonne réponse pour le premier objet

 

et, comme plusieurs d'entre vous, elle a presque trouvé l'objet numéro 2

ou plus exactement ce que je crois être l'objet numéro 2 ...

et j'ajouterai aussi une petite mention spéciale à Fusoline

 vous allez comprendre ...

 

 

 

Voyons donc les révélations que va nous faire cette jeune demoiselle de 1872,

en "tenue de gymnastique", 

  

  1872 6 p160

  

 

 

Notre premier objet est

 

un essuie-plume

 

 

je vous donne la définition du dictionnaire :

"petit ustensile qui sert à essuyer une plume chargée d'encre"

 

Plus que l'encre, ce sont plutôt les petites particules de papier agglomérées que cette brosse était chargée d'enlever.

 

La qualité du papier de l'époque n'était pas la même que nos papiers glacés d'aujourd'hui,

la qualité de l'encre non plus,

et les plumes étaient souvent encrassées.

 

1872 1 p250

 

 

Comme vous le voyez aussi sur cet autre exemple,

un petit rebord ou couvercle dissimulait au regard la brosse  salie par l'encre et permettait à cet ustensile pratique de rester décoratif sur le bureau

 

Parfois, cette brosse était "faite maison" avec du tissu découpé, comme sur le modèle ci-contre.

 

Ces deux exemples ont été trouvée dans deux numéros de la Mode illustrée de  1872,  mais j'aurais pu vous en mettre plein d'autres, car la revue n'était pas avare en modèle d'essuie-plume.

 

 

 

 

 

 

 

 

le deuxième objet est

 

un essuie-plume !

 

    

 

 

 

 

 

nan nan, je m'ai pas gouré

 

 

 

Si la Mode Illustrée proposait très souvent des essuie-plume première version,

elle proposait tout aussi régulièrement cet autre type de modèle,

les deux étant appelés "essuie-plume" sans distinction.

 

 

File0006 p300

 

 

 

 

Je ne pense vraiment pas que ce charmant objet était destiné à essuyer l'encre des plumes d'écriture ....

sous peine de bien tacher le bureau quand on le posait !!

 

 

 

 

j'ai donc imaginé qu'il servait plutôt à  dépoussiérer les plumes qui ornaient les chapeaux !

 

(et oui Fusoline, ... tu y avais pensé, mais pas sur le bon objet )

 

peut être que l'un ou l'une d'entre vous pourra

confimer ou infirmer mon hypothèse .

 

 

 

 

 

 

 

Et à bientôt pour notre ultime jeu de l'été

 

 

Repost 0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 11:30

    1874 2 p300

 

L'été .... la mer ....

les p'tits bateaux qui vont sur l'eau .....

 

 

Mon premier objet a tout a fait sa place dans ce petit jeu d'été, n'est-ce pas ?

 

La coque, faite avec des bandes de drap noir et de drap rouge , est remplie de limaille de fer.

On découpera du drap blanc pour les voiles qui seront brodées de soie rouge, au passé et point de cordonnet.

Les voiles sont ensuite festonnées avec de la soie rouge.

 

La revue ne donne pas les dimensions exactes,

mais elle dit que le mat est fait avec un porte plume de bois noir,

ça donne donc une petite idée de la taille.

 

 

 

 

1872 14 p300

 

Le deuxième objet, bien de saison lui aussi,

 

se compose d'une bande grise ayant 80 centimètres de longueur, 9 centimètres de largeur,

ornée de broderie au point russe et soutache de laine rouge, et doublée de cachemire rouge.

A chaque extrémité on fixe un anneau solide en cuivre, ayant 4 centimètres de diamètre dans lequel on pourra passer une corde.

On garnit la bande avec une ruche en ruban de laine rouge ayant 2 centimètres de largeur.

 

 

guirlande_fleur.gif

 

 

 

Bon, alors côté réponses, cette semaine, vous avez travaillé en équipe !

 

Pour le premier objet, Myriam a été la première à trouver l'utilisation de la coque ... et Marie de la Chaume celle de la voile

 

Et pour le deuxième objet, il faut additionner les commentaires de Kikilafrite et de Nathalie L  pour avoir la réponse .

 

Bravo donc à toutes les quatre

 

 

et maintenant, suivons cette petite fille,

qu'on croirait sortie d'un livre de la Comtesse de Ségur,

et qui va nous donner les réponses.

 

 1872 7 p200

 

 

 

Le premier objet est ...

 

une pelote pour dérouiller les aiguilles

 

A l'époque, les aiguilles rouillaient plus rapidement,

et on ne les jetait pas dès qu'elles présentaient un petit signe de faiblesse, comme on le ferait aujourd'hui .

Ben voui, on avait le sens de l'économie

 

 

J'ai choisi ce petit bateau, car il avait une deuxième fonction.

En rajoutant un petit morceau de flanelle au milieu de la grande voile,

cette dernière pouvait servir de ménagère pour les aiguilles.

 

 

 

 

 

La même revue (La Mode Illustrée du 22 mars 1874)

propose une autre  pelote à dérouiller les aiguilles

 que je trouve charmante et je ne résiste pas à vous la montrer.

 

La description qui en est faite témoigne de tout le raffinement qu'on mettait à confectionner  ces petits objets utilitaires.

 

La revue explique d'abord qu'il faut coudre un petit sac rempli de limaille de fer.

Ce sac est mis dans un carton découpé en forme de ruche.

 

1874 1 p300 

Puis, " on recouvre la ruche avec de la laine jaune 8 fils sur laquelle on fait un travail au crochet avec de la soie jaune pour rattacher les brins de laine les uns aux autres.

 

L'ouverture de la ruche est simulée avec de la laine noire.

 

On imite les abeilles avec des boucles de laine noire, de tous petits fragments de dentelle noire pour les ailes et une perle noire pour la tête.

 

On coupe ensuite pour le socle deux disques en carton ayant l'un 5 centimètres, et l'autre 6 centimètres de diamètre.

 

On les recouvre avec de la lustrine, et sur le contour de chaque disque on fixe des bouclettes de laine vert olive de deux teintes ayant chacune trois centimètres de longueur.

 

On fixe la ruche sur cette double couronne de mousse, et l'on colle sous le fond un morceau de toile forte."

 

 

 

 

Les petites abeilles aux ailes en dentelle

.....je craque complètement !

 

 

 

 

 

Le deuxième objet

 

Avouez que l'on imagine très bien cette magnifique ceinture brodée portée sur une jolie robe d'été ?

 

Et bien non, tout ce raffinement, ces broderie, cette ruche en ruban tout autour,

 tout cela a été réalisé pour confectionner un autre objet très utilitaire :

 

une ceinture de natation

        

 

 

Je cite la Mode Illustrée du 9 juin 1872 :

 

... à ces anneaux se rattache la corde à l'aide de laquelle on soutient la personne ou l'enfant qui apprend à nager

 

 

 

 

Et voilà !

 

Il reste encore deux week end dans ce joli ... pluvieux ... mois d'août

 

Voulez vous encore deux  jeux ....

ou bien commencez vous à en avoir marre   ?

 

 

 

 

Repost 0
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 10:00

 

1868-13 p400

 

Bon, j'ai le sentiment que vous allez tout trouver aujourd'hui

 

je le sais

 

j'en suis sûre

 

 

 

Le premier objet mesure 11 centimètres de large.

 

Voici les indications données par la Mode Illustrée :

 

Il est en carton, le centre est recouvert de velours noir.

Pour l'entourage, le carton a été recouvert de taffetas mauve.

Puis on bourre le dessin avec de la laine grenat sur laquelle on brode en passé avec des perles grenat, enfilées sur de la soie de la même teinte.

Pour chaque point on pique au travers du carton.

On attache un crochet de métal au milieu du velours noir,

deux cercles en haut,

et on recouvre l'envers de papier glacé.

 

 

 

 

 

Le deuxième objet mystère, le voici

 

 

1868-10 p450

 

 

Là aussi, je vous donne les explications fournies dans la revue

 

On coupe du fil d'archal selon la longueur voulue, on le recouvre de ouate et on l'habille avec de la peau récupérée sur de vieux gants, de la soie ou du taffetas.

 

Comme vous le voyez, la longueur pouvait varier, mais j'imagine qu'ils devaient faire environ 10 ou 15 centimètres de long.

 

Vous êtes comme moi, vous ne connaissez pas le fil d'archal ?

Voici la définition de l'Encyclopédie Larousse de 1900 :

Archal n.m. Cuivre jaune, laiton. Ne s'emploie qu'avec le mot fil : un fil d'archal.

Il s'agit donc d'un fil de cuivre ou de laiton 

(Info transmise par Thomas, merci à lui)

 

  guirlande_fleur.gif

 

Je le savais que tout serait trouvé cette fois

 

C'est Thomas qui a été le premier à trouver le premier objet mystère.

 

Wali avait presque trouvé le deuxième, mais c'est ....

j'vous l'donne en mille ....

pour la troisème fois .....

c'est encore Michèle qui a dit le mot exact !

 

Bravo à tous !

 

 

Quoi que .... je commence à avoir des doutes :

Michèle n'aurait-elle pas soudoyé Papillon qui lui soufflerait les réponses ?

Je mène l'enquête

 

 

Bon, et pour une fois on va changer,

c'est ce petit garçon qui va vous donner la solution,

juste après sa partie de nintendo ds  toupie

 

 1870 garcon1 p200 

 

 

 

Le premier objet ?

 

c'est un  porte-montre

 

sur lequel ces messieurs pouvaient accrocher leur montre à gousset

... et oui, nous sommes en 1868 ...

c'était l'époque des montres à gousset encore

 

Modèle paru dans la Mode Illustrée du 25 octobre 1868

 

 

 

Le deuxième ?

 

C'est un ... bigoudi

 

Je ne sais pas de quand date ce nom et d'où il vient, mais pour être exacte, la revue ne parle pas de bigoudi mais de rouleau pour boucler les cheveux

 

Elle précise :

on roule la mèche de cheveux sur le rouleau, on ploie les deux extrémités de celui-ci, en les tordant ensemble.

 

Modèle paru dans la Mode Illustrée du 16 août 1868

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 11:15

 1869 21 p200

    

Tout va bien ?

Les vacances se passent bien ?

 

Vous êtes reposé(e)s et l'esprit clair ?

 

Voici donc les deux objets de la semaine

 

 

 

 

Le premier ...  étrange, n'est-ce pas ?

 

Il se compose de rouleaux faits avec du papier buvard.

 

On découpe de bandes de 10 centimètres de largeur que l'on roule en les serrant autant que possible.

On colle l'extrémité de la bande de chaque rouleau pour qu'il reste bien fermé.

Quand on a réalisé ainsi 18 à 20 rouleaux, on les regroupe,

on coupe bien également de chaque côté du faisceau pour que ce soit bien plat,

et on lie l'ensemble avec un vieux ruban.

 

 

 

Le deuxième objet est plus élaboré comme vous le voyez.

 

1873 2 p350

Il est en taffetas brun et cuir brun,

et brodé de soie brune, claire et foncée.

 

On découpe deux rectangles de cuir, que l'on doublera de taffetas brun.

Sur les deux rectangles de cuir on on exécute la petite broderie en soie,

 

puis on découpe une ouverture au milieu d'un des rectangles, que l'on festonnera de soie, et qui permettra de voir la doublure de taffetas, elle même ouverte en son milieu.

 

Les deux rectangles vont être assemblés, cuir à l'extérieur, taffetas à l'intérieur,

et cousus tout autour par un point de feston en soie claire.

L'objet est maintenu fermé par deux petits boutons de passementerie brune et un élastique.

 

Je précise aussi que cet objet est utilisé encore aujourd'hui par tout le monde, tous les jours ou presque.

 

 

Un grand bravo à Michèle

 qui a été la première à trouver l'objet n°2

sachant qu'elle avait déjà trouvé les bretelles pour apprendre à marcher aux enfants !!!

 

et un grand bravo à toutes et tous : votre imagination, votre perspicacité ... et votre humour font mon bonheur !

Vos idées sont parfois plus belles que la "vraie" réponse

 

  

Et maintenant, cette petite fille de 1872, très occupée à faire manger sa poupée va vous donner les réponses 

 

1872 fillette p200

 

 

L'objet mystère n°1 .... quasi introuvable je l'avoue

 

Vous avez bien souvent trouvé qu'il était fait pour "absorber", et que le "vieux ruban" ne lui donnait pas une place de choix dans la déco .

Mais il y avait un autre petit indice important : pourquoi bien égaliser ? pourquoi devait-il être parfaitement plat ?

 

et bien parce qu'il s'agit

d'une   brosse pour le nettoyage des vitres

 

La mode Illustrée du 11 avril 1869 précise la façon de s'en servir :

 

Après avoir lavé les glaces et les vitres, on les polit avec cette brosse.

Chaque fois que l'on a employé celle-ci, on coupe sa superficie.

 

 

l'ancêtre de la microfibre en quelque sorte

 

 

 

porte clefs p200 

 

 

 

Et le deuxième objet ?

 

A l'évidence, on rangeait quelque chose dedans.

 

Comme il était en cuir, cela impliquait qu'il devait être solide,

on y mettait sans doute quelque chose de lourd :

des pièces de monnaie ... ou des clefs !

 

Il s'agit d'un porte-clefs de 1873

 

Et oui, n'oublions pas qu'à l'époque, il s'agissait de bonnes grosses et lourdes clefs.

 

 

Et un autre porte-clefs, à gauche, qui date de 1868

(pour celui-ci, je suis sûre que vous auriez plutôt pensé à un étui à lunettes, non ? )

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Dentelle et Papillon
  • Dentelle et Papillon
  • : Blog consacré à la dentelle : créations en dentelle aux fuseaux, techniques, histoire, identification des dentelles.
  • Contact

Peut-être aimerez vous aussi :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Traducteur - Translator

 

Archives

Les balades du Papillon

 

paps_p300.jpg

 

Les broderies du Papillon

 

sont   ICI


l'annuaire des piquées du fil
l'annuaire des piqué...

Pour parler dentelle je vais là :
Forum dentelle aux fuseaux
 
et pour papoter broderie, je vais ici ,

bonne humeur garantie

Forum Pour l'Amour du Fil 

Merci pour vos visites

Il y a    personne(s) sur ce blog

   

Nbr total de visites :   

hobbies